FREETARIQRAMADAN-CAMPAIGN.jpg

NEWS & UPDATES/DERNIÈRES INFOS

video

Feb 14, 2018 –Tariq Ramadan's wife Iman talks about her family and her husband's case. Click here to watch the full video.

PRESS RELEASE

Group demands Tariq Ramadan’s immediate release, right to due process

Paris (Feb 10, 2018) – The Free Tariq Ramadan Campaign unequivocally condemns the indefinite detention of Professor Ramadan and unjust denial of his due process. Prof. Ramadan has not been convicted of a single crime and we demand his immediate release. There is evidence that he is the target of a politically motivated prosecution masked as a criminal investigation. The French prosecution’s case rests on unsubstantiated claims and flimsy evidence.

Since Friday, February 2, Prof. Ramadan has been held in a solitary cell in the high security wing of Paris’s Fleury-Mérogis prison. Since last Wednesday, January 31, when Prof. Ramadan voluntarily went to the police station in Paris to answer questions about the allegations leveled against him, his family has been denied access either to visit or speak with him over the phone. It remains unclear when Prof. Ramadan’s family will be able to communicate with him and check on his condition.

At the end of the Tuesday hearing, Prof. Ramadan was ordered by a judge to be held indefinitely, allowing the prosecution to continue to build its case against him. The prosecution maintains that he may attempt to flee the country, and went to the extreme of forcing his detention despite Prof. Ramadan’s full cooperation with investigators so far. In fact, he traveled to France more than one week ago to meet with investigators, fully confident of his innocence. Despite his show of goodwill and trust in the system, the judge apparently considered no alternative options, which would ensure that he remain in France during the ongoing investigation.

This unusually harsh treatment further points to the politicized nature of a case that suffers from serious weaknesses and multiple contradictions.

It is based on unsubstantiated claims made by accusers with questionable motives. Prof. Ramadan’s legal team has already presented evidence that casts serious doubts upon their stories.  One of the two plaintiffs, known as “Christelle”, alleges that she was raped in a hotel in Lyon in the afternoon of October 9, 2009. In response, Prof. Ramadan’s defense attorney provided an airline reservation showing that Prof. Ramadan’s flight from London did not arrive in Lyon until 6:35 PM—and he was in a lecture hall by 8:30 PM to give a speech to hundreds in attendance.

Although Prof. Ramadan’s legal team provided this crucial piece of evidence to the French police, and they subsequently confirmed receiving it, the police later suspiciously claimed that it was “missing” from the case file because it had been “lost”. This major discrepancy challenging “Christelle’s” story appears not to have been taken into consideration, neither in the prosecution’s decision to press charges, nor in the examining magistrates’ decision to continue unjustly holding Prof. Ramadan in prison.

Serious questions are likewise raised by a meeting between “Christelle” and a high-ranking French magistrate, Michel Debacq, in 2009 with the apparent intention of bringing a case against Prof. Ramadan, with the assistance of notorious islamophobes Caroline Fourest and Antoine Sfeir. Debacq would thus appear to have unethically colluded with Fourest and “Christelle” against Prof. Ramadan nine years ago. Debacq, who now serves in France’s Court of Cassation, did not disclose his previous involvement either with “Christelle” or the current case, which is illegal according to French law.

In such circumstances, can France’s judicial system be relied upon for the neutrality essential for a fair and just disposition of the allegations against Prof. Ramadan?

Another major discrepancy in the case lies with Henda Ayari, the other accuser. Ayari claims that she was allegedly raped in April 2012. But Facebook messages presented by the defense reveal that Ayari sent Prof. Ramadan no fewer than 280 messages via Facebook between June and August 2014, more than two years after the alleged incident. Ayari recently admitted to French media that she did indeed send these messages through a second Facebook account she had created - after Prof. Ramadan had blocked her first account because she was harassing him - in the hope that she could seduce and entrap him. These recent revelations may be the reason why Ayari did not appear when French police summoned her last week.

These facts raise serious questions about both the manner in which the investigation is being carried out, as well as the veracity of the claims. Nonetheless, the prosecution and its allies in the mainstream media have advanced several other unsubstantiated claims and distortions in an attempt to smear Prof. Ramadan.

The mainstream media’s nefarious role in this latest campaign has been especially damaging. French media outlets continue to peddle misinformation and repeat verbatim the so-called “evidence” held by prosecutors without any attempt to verify their claims. This includes:

  • The unsourced claim in several media reports that Prof. Ramadan has an Egyptian passport, which he might attempt to use in order to flee to Egypt. Prof. Ramadan does not have an Egyptian passport, and is a citizen of Switzerland only.
  • The unsourced claim in media reports that Prof. Ramadan is “not welcome” in Qatar, which is false.
  • The fake news that “Christelle” pinpointed a scar located on Prof. Ramadan’s groin area, which he allegedly confirmed having, never in fact took place.
  • The impression that the prosecution has mountains of evidence, including messages exchanged between Prof. Ramadan and his accusers: in reality, the evidence provided by the defense revealed that it was Ayari who messaged Prof. Ramadan hundreds of times a full two years after the alleged rape took place, and with the recent admission of her intent to seduce and entrap him. “Christelle”, on the other hand, claims to have lost her cell phone and, conveniently, has no access to any of the original alleged messages exchanged in 2009.

Under ordinary circumstances, such a weak case would almost certainly be thrown out. But, even in the event that the prosecution should wish to continue its investigation, the manner in which Prof. Ramadan is forced to remain behind bars despite his clear cooperation with investigators; the mismanagement of solid exculpatory evidence; and the overt collusion between media outlets propagating the prosecution’s false narrative, strongly indicate that in Prof. Ramadan’s case, due process, not to mention the presumption of innocence, is being denied.

After decades of being vilified, suppressed, and attacked by top-ranking politicians as ‘the Muslim enemy’ of France, it comes as no surprise that authorities would be politically driven to take down a fierce critic of the French government’s unjust and discriminatory policies directed against poor people, Muslims, immigrants, and victims of its colonial rule.

There is clear evidence that anti-Muslim forces, represented by powerful media, political institutions, and islamophobes like Caroline Fourest and Antoine Sfeir—all of whom have viciously campaigned against Prof. Ramadan for years—are directly linked to this latest shameful attempt to destroy him. Prof. Ramadan has been a voice for millions of disenfranchised peoples, including but not limited to, Muslims, worldwide. Since his life’s work has been to champion the causes of justice, coexistence, and mutual understanding, it seems his adversaries sought to hijack a worthy women’s movement and tarnish the reputation of a renowned scholar for their own dark motives.

As Prof. Ramadan remains unjustly incarcerated on false charges, we urge human and civil rights groups around the world to condemn the politically motivated case against him, and demand his immediate release from detention and right to due process.

[END]

vidéo

14 Février, 2018 – Iman Ramadan, la femme de Tariq, s'exprime sur sa famille et le cas de son mari.Cliquez ici pour voir la vidéo en entier.

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le comité de soutien « Free Tariq Ramadan » demande la libération immédiate de Tariq Ramadan et le droit à un procès équitable

Paris (10 Février, 2018) La campagne « Free Tariq Ramadan » (Libérez Tariq Ramadan) condamne catégoriquement la détention pour une durée indéterminée du Professeur Ramadan, ainsi que le refus injuste de lui accorder une procédure régulière. Professeur Ramadan n’a encore été reconnu coupable d’aucun crime et nous demandons sa libération immédiate. Il existe un certain nombre d’indications selon lesquelles la poursuite pénale dont il est la cible a, en réalité, des motivations politiques. La thèse de l'accusation française repose sur des allégations non fondées et des preuves peu convaincantes.

Depuis le vendredi 2 février, le Pr Ramadan est détenu dans une cellule en isolement dans l’aile de haute sécurité de la prison Fleury-Mérogis à Paris. Depuis le mercredi dernier, 31 Janvier, lorsque Pr Ramadan s’est rendu de plein gré au poste de police à Paris pour répondre aux questions des enquêteurs concernant cette affaire, sa famille s’est vue refuser le droit d’accès pour lui rendre visite physiquement, voire même d’avoir un contact téléphonique.

On ne sait pas encore quand la famille du Pr Ramadan se verra octroyer un permis de visite ou d’appel téléphonique afin de pouvoir communiquer avec lui et s’enquérir de son état.

Lors de l’audience de mardi, Pr Ramadan a été condamné par un juge à une détention à durée indéterminée, tandis que l’accusation continue de monter son dossier à charge.

L’accusation soutient que sa remise en liberté présente un risque de fuite et a donc eu recours à l’option extrême de le maintenir emprisonné malgré la coopération manifeste dont il a fait preuve jusqu’à présent. Il s’est rendu en France il y a plus d’une semaine pour rencontrer les enquêteurs, pleinement confiant en son innocence. En dépit de sa bonne volonté et de sa confiance dans le système, le juge n’a apparemment pas envisagé d’autres alternatives, telles qu’un dispositif de surveillance électronique et d’assignation à résidence, qui auraient pu permettre d’assurer sa présence en France le temps de l’enquête.

Ce traitement particulièrement sévère et inhabituel souligne davantage le caractère politisé de cette affaire.

Le dossier de l'accusation repose sur des allégations non fondées formulées par des accusatrices aux motivations discutables. L'équipe juridique du professeur Ramadan a déjà présenté un certain nombre de preuves qui remettent leurs récits en question. Il s’agit par exemple d’une déclaration de l'une des deux plaignantes, connue sous le nom de "Christelle", selon laquelle un viol présumé aurait eu lieu dans un hôtel de Lyon dans l'après-midi du 9 octobre 2009. En réponse, l'avocat de la défense du professeur Ramadan a fourni un billet d’avion indiquant que le vol du Pr Ramadan n’a atterri à Lyon qu’à 18h35.

Bien que cet élément de preuve ait été fourni à la police française par l’avocat du professeur Ramadan et que celle-ci ait confirmé l’avoir reçu, les enquêteurs ont prétendu de manière suspicieuse qu’il « manquait » au dossier parce qu’il a été « perdu ». Cette divergence majeure, qui remet en cause le récit de « Christelle », ne semble donc pas avoir été prise en considération, ni dans la décision d’engager des poursuites, ni dans la décision des juges de continuer à maintenir injustement le professeur Ramadan en détention. Comment se fait-il qu’à aucun moment la police n’ait mené d’enquête sur cette pièce maîtresse ? Comment une telle pièce peut disparaître puis réapparaître sans que cela suscite ni interrogations ni investigations?

Cela ne peut que semer le trouble et questionner les motivations et la probité de l’enquête. 

Un autre fait problématique concerne la rencontre de "Christelle" avec un magistrat français de haut rang en 2009 dans l'intention apparente de porter plainte contre le professeur Ramadan, avec l'aide de Caroline Fourest, islamophobe notoire. Le magistrat de haut rang, Michel Debacq a été présenté à « Christelle » par l’entremise d’Antoine Sfeir, politologue, spécialiste du Moyen-Orient. Il s’était illustré par le procès pour diffamation que lui avait intenté Tariq Ramadan en 2002. Depuis cette époque, il voue à Tariq Ramadan une haine viscérale. 

Le juge Debacq semble donc avoir agi de connivence avec Sfeir, Fourest et Christelle, de manière contraire à l’éthique dans cette affaire qui remonte à 2009 contre le professeur Ramadan. Cette suspicion vient notamment du fait que Debacq, qui siège désormais à la Cour de cassation, n'a pas révélé son implication avec "Christelle" dans cette affaire, ce qui est illégal selon la loi française. Cela soulève des interrogations quant à la capacité du tribunal français à agir en tant qu'arbitre neutre dans cette affaire.

Un autre problème majeur dans affaire concerne Henda Ayari, l'autre accusatrice. Ayari prétend qu'elle aurait été violée en avril 2012. Mais les messages Facebook présentés par la défense révèlent qu'Ayari a écrit 280 fois au professeur Ramadan sur Facebook entre juin et août 2014, soit plus de deux ans après l'incident présumé.

Ayari a récemment admis dans les médias français qu'elle avait bel et bien envoyé ces messages via un deuxième compte Facebook qu'elle avait créé - après que le Pr Ramadan avait bloqué son premier compte parce qu'elle le harcelait - dans l'espoir de le séduire et le piéger. Ces récentes révélations pourraient expliquer pourquoi Ayari ne s'est pas présentée lorsque la police française l'a convoquée la semaine dernière.

Ces faits soulèvent donc de sérieuses questions à la fois sur la manière dont l'enquête est menée ainsi que sur la véracité des allégations. Pourtant, un certain nombre d’accusations et de distorsions non fondées sont avancées par l'accusation et ses alliés dans les médias grand public pour calomnier le professeur Ramadan.

L’implication malveillante des médias dans cette campagne a été particulièrement préjudiciable. Ces derniers continuent à colporter la désinformation et à répéter textuellement les soi-disant « preuves » détenues par les procureurs sans prendre la peine de vérifier leurs affirmations. Ceci comprend:

• L’affirmation de source inconnue rapportée dans les médias selon laquelle le professeur Ramadan aurait un passeport égyptien qu’il pourrait utiliser pour fuir en Egypte. Le professeur Ramadan ne détient pas de passeport égyptien et est exclusivement citoyen suisse.

• L’affirmation de source inconnue rapportée dans les médias selon laquelle le professeur Ramadan n'est « pas le bienvenu » au Qatar, ce qui est faux.

• La fausse révélation indiquant que "Christelle" a identifié une cicatrice située sur la région de l'aine du professeur Ramadan et qu'il aurait confirmé avoir eu, ne s’est jamais produite.

• L’impression que l’accusation a accumulé énormément de preuves, y compris les messages échangés entre le Pr Ramadan et ses accusatrices : en réalité, les preuves fournies par la défense ont révélé que c'était Ayari qui envoyait des centaines de messages au professeur Ramadan deux ans après la date du prétendu viol, en plus de l’aveu récent de son intention de le séduire et de le piéger. "Christelle", de son côté, prétend avoir perdu son téléphone portable et n'a donc accès, commodément, à aucun des supposés messages originaux échangés en 2009.

Dans des circonstances ordinaires, une affaire aussi faible aurait été probablement rejetée. Cependant, même dans le cas où l'accusation souhaiterait poursuivre son enquête, la manière avec laquelle le professeur Ramadan est contraint à rester derrière les barreaux malgré sa coopération indéniable avec les enquêteurs, la mauvaise gestion des preuves disculpatoires solides et la collusion manifeste entre les médias qui colportent les récits de l'accusation indiquent clairement que la procédure régulière lui a été refusée.

Après avoir été vilipendé, réprimé et attaqué pendant des décennies par des politiciens de haut rang en tant qu’« ennemi musulman » de la France, il n’est guère surprenant que les autorités soient tentées d’abattre politiquement un féroce critique des politiques injustes du gouvernement français envers les démunis, les musulmans, les immigrés ainsi que les victimes de la domination coloniale.

Il est évident que les forces antimusulmanes, représentées par des médias puissants, des institutions politiques et des islamophobes comme Caroline Fourest – qui, répétons-le, ont violemment fait campagne contre le professeur Ramadan pendant des années – sont directement liées à cette tentative abjecte de le détruire. Le professeur Ramadan a été une voix pour des millions d’individus privés de leurs droits, y compris des musulmans, dans le monde entier. Puisque l’œuvre de sa vie a été de défendre les causes de la justice, de la coexistence et de la compréhension mutuelle, il semble que ses ennemis aient cherché à détourner un mouvement de femmes de sa cause louable et à ternir la réputation d'un savant renommé, pour leurs sombres desseins.

Tant que le professeur Ramadan demeure injustement incarcéré sur la base de fausses accusations, nous exhortons les groupes de défense des droits de l'homme et des droits civiques du monde entier à condamner cette affaire politiquement motivée, et exigeons sa libération immédiate ainsi que son droit à une procédure régulière.

[FIN]